Obus et explosifs à Saint-Martin-de-Crau : que devient le principe de précaution ?

En date du 10 juillet 2015, le Préfet des Bouches-du-Rhône a pris un arrêté portant exécution de travaux d’office en urgence impérieuse pour le site de la Carougnade à Saint-Martin-de-Crau. Rappelons que ce dernier abrite des milliers d'obus et d'explosifs laissés à l'abandon. On aurait pu croire que ce dossier allait, enfin, trouver une solution après quinze années d'inaction des services de l'Etat et des autorités locales.
Ou pas….

 

Les travaux décidés par la Préfecture consistent en :

La mise en place sur tout le périmètre du site de l’ancienne société SIMT, de panneaux rappelant l’interdiction de pénétrer et informant du danger de mort.
La réfection de la clôture du site de l’ancienne société SIMT pour en interdire l’accès.
 
Cette décision est une aberration quand on sait que le site contient plusieurs milliers d’obus de tous calibres dont certains au phosphore, très dangereux à manipuler ou à stocker, des explosifs et de nombreuses munitions laissés à l’abandon. Ils avaient été enfouis sur place illégalement plutôt que d’être détruits par la société SIMT dont la mission était de retraiter les armes et munitions de l’armée française. 
 
L’association Agir pour la Crau juge ces mesures inappropriées face aux dangers existants. D’ailleurs, l’arrêté en question considère que le site est « susceptible d’être à l’origine d’accident pour toute personne y pénétrant » et « que la situation constatée présente un grave préjudice aux intérêts protégés visés à l’article L.511.1 du code de l’environnement ». Cet article de loi réglemente le fonctionnement des installations qui peuvent présenter des dangers pour le voisinage, la santé, la salubrité, la sécurité ou l’environnement.
 
Aucun enseignement n’aura été tiré du grave incident survenu sur le site militaire de Miramas au mois de juillet et le vol de 150 détonateurs, de pains de plastics et de grenades sur un site surveillé.  Il faut craindre le pire sur un lieu qui n’est même pas gardé et dont la pose de panneaux d’interdiction fonctionnera comme une véritable publicité pour les personnes mal intentionnées. Une indication du type « servez-vous » aurait eu le même effet.
 
Agir pour la Crau demande que des mesures sérieuses et efficaces de surveillance du site soient mises en place et que l’on procède au plus tôt à la dépollution du lieu.
 
Un rapport de la Drire réalisé en 2008 (rapport de l'inspecteur des installations classées) nous informent que "les services de déminage sollicités pour récupérer des munitions à des fins de formation de leurs personnels ont alerté les services de la Préfecture au sujet de la présence de matériels dangereux sur ce site. Une visite sur le site a confirmé la dangerosité de ce dernier.". Tout le monde est donc bien au courant depuis longtemps !
 
A l'issue d'une enquête publique en 2008, le commissaire enquêteur formalise sa conclusion "d'une recommandation pressante adressée à l'autorité publique en vue d'une surveillance, voire du gardiennage d'office du site présentant de tels risques potentiels pour la sécurité publique en souhaitant en outre que des mesures de vérification soient faites pour s'assurer de la protection de la nappe phréatique qui alimente en eau potable les communes de la Crau". (Voir le rapport de 2008 ici).
 
La même année, on pouvait lire dans le magazine municipal de Saint-Martin-de-Crau :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rappelons au besoin la définition même du principe de précaution : " En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives». 
 

> JT France 3 du 21.08.15

Carougnade Fr3 du 21.08.15 from Agir pour la Crau on Vimeo.

 

> JT TF1 du 26.08.15

 

TF1 SIMT La Carougnade from Agir pour la Crau on Vimeo.

 

> Vidéo journal La Marseillaise

 


Dans la Crau un site de matériel militaire… par Journal_La_Marseillaise

 

> Photos

 

> Articles

 

Soutenez nos actions ! Adhérez ou faite un don !

 

3 commentaires sur “Obus et explosifs à Saint-Martin-de-Crau : que devient le principe de précaution ?”

  1. Léa dit :

    Est ce que ce serait faire du mauvais esprit que déduire de tout cela que l’on peut s’attendre à la même désinvolture concernant les déchets nucléaires ?
    Quand un salarié se permet la même procrastination dans le travail, l’art de remettre à plus tard, de se dire on verra bien après… on lui fait chèrement payer.

  2. bebert dit :

    Des photos hallucinantes,comment en est-on arrivait à un tel niveau d’indifférence, de négligence,c’est absolument scandaleux!!!
    Quand je pense que sans cesse on nous “rabache” de préserver la nature!
    Il faut que ces photos soient publiés dans toute la FRANCE!

  3. Anonyme dit :

    Merci de nous confirmer que la préfecture n’est pas sérieuse et irresponsable et que toute personne qui se respecte devrait faire ce que vous faites. Préfet, ou tu travailles sérieusement ou tu démissionnes !

Laissez un commentaire

IMPORTANT! Pour valider votre commentaire, merci de résoudre l'opération suivante:

Combien font 12 + 3 ?
Please leave these two fields as-is:
Ebuzzing - Top des blogs - Environnement