Rentrée des crasses : le Maire de Saint-Martin-de-Crau porte plainte contre la Confédération Paysanne et l’Association Agir pour la Crau

Ha, le bel exemple de démocratie participative à Saint-Martin-de-Crau !
Derrière le discours angélique, voire lénifiant, d'une commune ouverte aux débats d'idées, se cachent des actes beaucoup moins flatteurs…
A celles et ceux qui veulent manifester leur point de vue, faire valoir leur droit à la liberté d'expression, revendiquer une autre vision du développement de la ville, manifester de façon pacifique, Mr Vulpian oppose le veto de la plainte, celui de la convocation en gendarmerie. Quand on est à cours d'arguments objectifs pour faire passer ses projets, on utilise la force et l'intimidation. Bravo !
Au fait, comment appelle-t-on déjà ces régimes caractérisés par une forme d'intervention qui supprime tout désaccord possible, même celui émanant de citoyens, d'une confédération ou d'une association totalement indépendants ? Dic…..dic…..dic…….Ha, c'est ça, je vais chercher dans mon Dico !!!!

 

Pour dénoncer le bétonnage des terres agricoles et la spéculation foncière, la Confédération Paysanne des Bouches-du-Rhône a porté l’initiative d’une mobilisation citoyenne et paysanne dimanche 26 juin 2011 à St-Martin-de-Crau.

La Commune de St-Martin-de-Crau a été choisie à la fois pour une dénonciation globale, car emblématique du gaspillage des terres agricoles, et pour une action locale puisque 65 ha de terres agricoles sont menacés par la nouvelle mouture du Plan Local d’Urbanisme (qui a depuis été validé par le Préfet malgré notre alerte).

Cette mobilisation a rassemblé une centaine de personnes devant la Mairie autour d’une pyramide de paniers vides. Pour cette occasion, la commune de St-Martin-de-Crau a été rebaptisée St-Parpaing-de-Crau, au moyen d’étiquettes apposées à la colle à tapisserie sur les panneaux d’entrée de ville. Cette journée militante a été relayée par les médias locaux : la Provence, la Marseillaise, le journal de France 3. Une lettre a été envoyée au Préfet.

Cette mobilisation a visiblement dérangé la municipalité de St-Martin-de-Crau, qui a déposé une plainte contre la Confédération Paysanne des Bouches-du-Rhône et contre l'Association Agir pour la Crau pour dégradation de biens publics. En cause le papier et la colle à tapisserie appliqués sur les panneaux d’entrée de ville !!!
La plainte a été déposée par Claude Vulpian, Maire de St-Martin-de-Crau et délégué à l’agriculture au Conseil Général des Bouches du Rhône dont il est aussi le vice-président.


> Nous dénonçons la politique d’urbanisme obsolète portée par M.Vulpian

L’actualité brûlante des pertes de terres agricoles se confirme pourtant de jour en jour : au mois de juillet ont eu lieu les assises de Lille regroupant les acteurs nationaux principaux du foncier. Ils lancent un cri d’alarme : 74.000 ha de terres agricoles disparaissent chaque année en France. Dans les Bouches-du-Rhône, ce sont plus de 1.200 ha qui disparaissent chaque année soit l'équivalent de 2.000 terrains de football (source: Chambre d'Agriculture des BdR)

 

A ce rythme là et avec la spéculation foncière qui va avec, la souveraineté alimentaire devient illusoire. La dépendance à l’alimentation industrielle, avec le cocktail de pesticides, maladies et pollutions qu’elle entraîne, augmente dangereusement.

Ces assises ont permis de dénoncer la stratégie d’urbanisation menée jusqu’à aujourd’hui et qui ne répond plus aux réalités territoriales. C’est cette politique d’urbanisme obsolète que M.Vulpian mène sur sa commune.

Il faut sauver les terres nourricières restantes pour garantir des produits de qualité et des circuits courts ! Ceci devrait être une préoccupation pour les élus, surtout s’ils sont responsables de l’agriculture.


> Superficie urbanisée de Saint-Martin-de-Crau = celle de Grenoble

On oppose à la disparition des espaces naturels le fait que seulement 7% de la superficie de la commune de Saint-Martin soit urbanisée. Oui, mais, 7% de la 6ème commune la plus étendue de France, cela fait tout de même 15 km². A titre de comparaison, cela positionne Saint-Martin au même niveau que : Grenoble (155.000 habitants), Villeurbanne (134.000 habitants) ou Nancy (106.000 habitants) !!!!

La preuve est bien faite que le développement de la ville se fait sur la base d'une logique de croissance horizontale sans commune mesure celle de sa population, la principale conséquence de cet étalement étant la disparition des terres agricoles et des espaces naturels.

Vous pouvez Laisser un commentaire.

Laissez un commentaire

IMPORTANT! Pour valider votre commentaire, merci de résoudre l'opération suivante:

Combien font 6 + 8 ?
Please leave these two fields as-is:
Ebuzzing - Top des blogs - Environnement