Il faut savoir renoncer !

"Le Conseil National de Protection de la Nature ne peut être sollicité que quand les règles d'urbanisme sont respectées et conformes". Ce sont en ces termes que l'instance nationale de protection de la biodiversité vient de retoquer, une deuxième fois, un projet de parc photovoltaïque sur la commune de Saint-Parpaing-de-Crau en rendant un avis défavorable. Quand ça veut pas, ça veut pas !

 
Depuis 2010, la société SOLAIREDIRECT étudie un projet de centrale photovoltaïque sur la commune de Saint-Martin-de-Crau au lieu-dit La Dynamite. Un premier projet comprenant deux unités s’était vu refusé car une des centrales pouvait créer un effet de césure pour des espèces protégées à fort enjeu local de conservation. 
 
Pugnace, la filiale d'Engie avait redéposé un dossier auprès de la CNPN en août 2018. Depuis, pas de son, pas d'image.
 
Et puis, l'avis est sorti : c'est NON. Bon, comme le porteur de projet et la municipalité qui avait donné son aval semblent ne pas comprendre, on va le redire : NO, NEIN, NANN (ça c'est du Breton). 
 
C'est qu'il est bien ce CNPN ! Enfin, pas toujours. Mais la, respect. Ses remarques sont très pertinentes. Morceaux choisis :
 
Il faut en priorité privilégier une mobilisation maximale du potentiel photovoltaïque en privilégiant les installations sur les toitures, en préservant les espaces naturels et agricoles
Les effets cumulés des projets sur la commune avec notamment la zone logistique ne sont pas suffisamment pris en compte
La valeur biologique que constitue cette ancienne oliveraie à l'abandon semble être sous-estimée faunistiquement parlant et plus importante qu'annoncée, d'autant que le projet s'installe sur une partie de la Crau, zone à très fort enjeu de biodiversité
Allez, on arrête la, après ce serait humiliant. Ce sont donc 24ha de terres agricoles qui sont sauvées, pour l'instant.
 
Z'avez compris, j'espère ?! On n'en veut pas !
 
Si la cause est bonne, c’est de la persévérance. Si elle est mauvaise, c’est de l’obstination. Attention à ne pas tomber dans l'acharnement !
 

 
 

3 commentaires sur “Il faut savoir renoncer !”

  1. mistraoul dit :

    Bonjour, un grand merci aux personnes qui se dévouent pour la défense des terres cultivée et pour la Crau en général. Le photovoltaïque sur les hangars, devrait être une obligation liée au permis de construire , ne peut il être proposé pour les constructions existante (voir revendication gilets jaune ). Adapter les panneaux sur les toits existants .solution technique possible sans démontage de toiture

  2. bergère dit :

    “Il faut en priorité privilégier une mobilisation maximale du potentiel photovoltaïque en privilégiant les installations sur les toitures, en préservant les espaces naturels et agricoles” (sic CNPN)

    Ce devrait être OBLIGATOIRE sur toutes ces horreurs de hangars qui ont “bouffé” des dizaines d’hectares de Crau (prés et coussouls) en compensation de la laideur, des nuisances et des destructions qu’ils ont occasionné! Vous vous rendez compte du nombre d’hectares de panneaux qui seraient possibles?!!!

  3. margarido dit :

    le solaire thermique a un bien meilleur rendement que le photovoltaïque et permet de chauffer des maisons. Il paraît qu’à Puy saint André plus de 15 maisons en sont équipées et font de belles économies (émission de France inter 14h00 samedi 9 février 2019 le maire dit qu’il dépense 100 E par an si j’ai bien compris!)
    Commençons par chercher les moyens d’utiliser moins d’électricité avant de couvrir les sols de ces panneaux qui en produisent; tout ce qui est récupération de calories solaires et chauffe-eau solaire serait vraiment à promouvoir…nos élus devraient y penser dans les règlements des PLU et pour tout ce qui est bâtiment collectif;
    à Saint Saturnin d’Avignon la salle des fêtes préexistante a reçu une toiture qui produit plus d’électricité que ce que la salle consomme.
    Couvrons les bâtiments existants au lieu de consommer encore de l’espace agricole qui se réduit dangereusement

Laissez un commentaire

IMPORTANT! Pour valider votre commentaire, merci de résoudre l'opération suivante:

Combien font 8 + 8 ?
Please leave these two fields as-is: