Au revoir Eridan, Eridan…

Dans sa lecture du 18 octobre 2018, le Tribunal Administratif de Grenoble a annulé l'arrêté ministériel et préfectoral qui autorisaient les travaux du gazoduc Eridan. Agir pour la Crau a longtemps milité contre ce projet inutile, dangereux et au budget colossal. Les associations qui se sont battues n'ont pas gagné au Loto, mais quand même : "Au revoir Eridan, Eridan".

Il en aura fallu du courage et de l'abnégation pour que les associations Pierredomachal et France Nature Environnement viennent à bout de ce serpent de terre, long de 220 km et qui devait relier Saint-Martin-de-Crau à Saint-Avit, dans la Drôme. Même la communauté de communes Rhône Lez Provence faisait partie des requérants. Ce qui, dans notre département, n'étaient pas le cas des villes de Saint-Martin-de-Crau et d'Arles qui s'étaient déclarées favorables au projet. C'est balo !

L'argument majeur du Tribunal est un argument massue : il pointe l'absence d'une étude parasismique en règle. En somme, le risque d'une rupture de la canalisation en cas de choc sismique n'a pas été pris en compte, sachant qu'Eridan devait passer sous le canal de Donzère-Mondragon qui alimente le site de la centrale nucléaire du Tricastin. Selon GRT Gaz, porteur du projet, "les gazoducs sont des installations à risque mais sans dangers". C'est joliment dit. On en voudrait presque un dans son jardin, près d'une école maternelle ou d'un lieu public très fréquenté. Sauf que les gazoducs, parfois, ça explose : 2 morts en Algérie en septembre dernier, 8 morts en Chine en 2017, 3 morts en Pologne en 2013… 

Et puis il y a eu cette catastrophe au Japon en 2011. Ha, j'ai oublié son nom… Vous savez ? Fauku, Foukou… Ha, Fukushima, c'est ça ! Je ne sais pas vous, mais pour nous, le fait de savoir que la justice se préoccupe de l'éventualité d'un Fukushima provençal, ça nous rassure un peu. Rappelons que selon FNE Vaucluse, la zone létale impacterait au minimum 40.000 personnes.

L'autre côté positif dans cette première victoire est lié au fait que cette décision remet en cause le projet MidCast qui prévoit une interconnexion des réseaux de gazoducs de Catalogne avec ceux du sud de la France dont Eridan devait faire partie. Mais aussi Step (South Transit East Pyrenees), gazoduc enterré de 120 km de long entre Barbaira dans l'Aude et Le Perthus à la frontière espagnole.  Ce même projet Step a pour objectif d'accroître la capacité d’exportation de gaz de l’Espagne en provenance d’Afrique du nord. Cette connexion servira donc au gaz algérien, incluant le gaz de schiste dont l’exploitation est interdite en France, qui arrive par le gazoduc sous-marin MedGaz à Almeria. Mais aussi aux terminaux portuaires espagnols de Barcelone, Sagunt et Cartagena où est livré du gaz naturel liquéfié en provenance du Qatar, du Nigeria et de Trinidad et Tobago. De là à souligner qu'Eridan n'aurait que pour vocation à être le maillon d'une chaîne de marchandisation mondiale du gaz, il n'y a qu'un pas que nous hésitons à franchir. Ho, et puis non, nous le franchissons… !

Bon, bien sûr GRTGaz va faire appel. Le seul coût du tronçon Eridan est estimé à plus de 620 M€. Cela donne envie !

Mais cette victoire judiciaire est essentielle et la mobilisation reste entière.


> FNE Vaucluse
PierreDomachal

 

Laissez un commentaire

IMPORTANT! Pour valider votre commentaire, merci de résoudre l'opération suivante:

Combien font 2 + 8 ?
Please leave these two fields as-is:
Ebuzzing - Top des blogs - Environnement